Les témoins matériels du protestantisme

Propriétés affectés à des oeuvres sociales

Manoir-Emilie

Manoir Émilie à Arvert

Marie-Anne Émilie Charron née le 18 mars 1812 dans une riche famille protestante connue depuis le XVIIIe siècle. Propriétaires et négociants, les Charron créent une maison de banque dont le père de Marie-Anne assure la direction. En 1833, elle épouse le Docteur Joseph Charles Etienne Bouyer qui était né à Marennes en décembre 1803. De cette union heureuse, naît Marie Lydie Émilie, la petite Émilie. Dès l’âge de 14 ans, cette jeune fille sait qu’elle est atteinte d’une maladie mortelle peu connue et se prépare à la mort avec une sérénité étonnante. Avant de mourir le 21 mai 1852, elle demande à sa mère de créer une oeuvre « pour les petites filles qui n’ont pas de maman »... Quelques mois après la mort de la petite Émilie, le Docteur Bouyer, éminent médecin, meurt subitement le 21 avril 1853. Marie-Anne, restée seule à 40 ans, décide d’accomplir le vœu de sa fille. Elle consacre la résidence secondaire acquise par le couple à Avallon (commune d’Arvert) à la création d’un asile recueillant les petites orphelines ou enfants abandonnées ou en danger moral. Jusqu’à sa mort, en 1870, elle va consacrer tout son temps et sa fortune au milieu de vicissitudes diverses à l’Asile Émilie. Actuellement l'Asile, devenu Manoir Émilie, est géré par les Diaconesses de Reuilly sous la forme d'un IMP (Institut Médico-Pédagoqique)

 

La Granderie à Étaules

La Granderie

Ce domaine date du XVIIIe siècle, demeure d'Ambroise Des Brosses, sieur de la Granderie marié en 1758 à une demoiselle Gabiou. Il passe ensuite dans cette famille qui a compté trois générations successives de maire de la commune d'Étaules. Léguée en 1892 pour y installer une mairie, elle devient finalement propriété de la paroisse protestante, servira de presbytère, puis de maison de vacances confiée en gestion à l’association « La Salicorne » (anciennement « Feu Nouveau »).

 

La retraite Darcy-Brun à Étaules

Darcy-Brun

Construite sur le domaine de Vaulx qui commandait l'entrée en presqu'île d'Arvert, devient au XIXe siècle propriété de la famille Darcy. En 1898 le Docteur Jean Darcy lègue ses biens à l'Institution des Diaconesses de Reuilly pour y créer un asile de vieillards protestants. Celui-ci est ouvert en 1920. Après la seconde guerre mondiale, grâce à un don important de la société des biscuits Brun, les bâtiments sont restaurés ; l'institution accueille 80 pensionnaires disposant d'un logement individuel, des services nécessités par leur état et d'une ambiance chaleureuse.