Organiser l'habitat et ses dépendances
par rapport à la rue et au climat

La maison simple sans étage

Elle sera constituée d'un volume parallélépipédique à deux pentes aux façades plates. Les dépendances s'assemblent entre elles soit latéralement autour d'une cour repère 1, soit en fond de terrain repère 2, selon que l'habitation est alignée sur la rue par son pignon ou qu'elle s'en recule derrière un muret bas souvent surmonté d'une grille.
Les dépendances sont détachées du bâtiment d'habitation. Le volume de l'habitation est donc soit aligné sur la rue par son pignon formant l'angle d'un jardin intérieur, soit directement et plus souvent par un étroit retrait jardiné derrière un muret bas aligné sur la rue (1.00 m à 2.00 m).
Les toits sont simples et à deux pentes, les assemblages des volumes se font par juxtaposition, il n'y a pas de pénétration de toiture.
Le choix de la bonne orientation ne rend plus nécessaires les porches ou les retraits pour protéger l'entrée. Les passages couverts et les appentis sont bien adaptés pour créer des terrasses abritées.
Les matériaux de construction peuvent différer entre l'habitation et les dépendances (garages, remises, abris couverts). Les éléments décoratifs se limitent aux linteaux des ouvertures ainsi qu'au  soubassement.

 
basse-0-1
basse1-
 

La maison simple avec étage repère 3

 
charenta-

Elle reprend une emprise rectangulaire en ajoutant un étage. Les dépendances s'assemblent entre elles latéralement, dans le prolongement de l'habitation, pouvant former un passage couvert vers le jardin.

Si elle est au sud, la façade sur rue se recule derrière un jardin protégé de la rue par un muret bas surmonté d'une grille ou de végétation qui maintient la fraîcheur. Si elle est située au nord, la façade s'aligne sur la rue pour laisser un maximum d'ensoleillement au jardin.

 

L'étage est toujours constitué de deux ou trois travées. Il est de largeur de façade nettement supérieure à celle des volumes sans étage. Les ouvertures de l'étage sont alignées sur celles du rez-de-chaussée et peuvent être de proportions similaires.
Les toits sont simples et à deux pentes, les assemblages des volumes se font par juxtaposition, il n'y a pas de pénétration de toiture.
Le choix de la bonne orientation ne rend plus nécessaires les porches ou les retraits pour protéger l'entrée. Les passages couverts et les appentis sont bien adaptés pour créer des terrasses abritées.
Les matériaux de construction peuvent différer entre l'habitation et les dépendances (garages, remises, abris couverts). Les éléments décoratifs peuvent souligner les deux étages (bandeaux) ou marquer verticalement les travées.

 

La maison «Saintongeaise» repere4

 

Elle présente un «faux» étage en façade, bien qu'il soit possible d'y ménager une hauteur habitable suffisante.
Toujours en retrait de la rue (faible au nord, plus profond au sud) le volume est ordonnancé par des ouvertures symétriques de l'entrée sur trois ou cinq travées.
Les ouvertures d'étage sont plus petites, de proportion plutôt carrées, celles du rez-de-chaussée bénéficient d'une grande hauteur et d'une allège basse.

 
Saintonge
 

La maison d'angle repere5

 

Elle devra «choisir» la voie sur laquelle elle va s'implanter : soit à l'alignement, soit avec un recul qui obéit aux principes évoqués précédemment.
Les dépendances seront localisées sur l'autre voie. Cette disposition crée un jardin d'accueil pour le piéton, l'accès véhicule se trouve reporté vers le jardin.
La figure ci-contre montre une rue principale au nord.
Les volumes restent simples, la situation en angle de rues justifie la «croupe», c'est à dire un versant de toiture tourné vers chaque voie.
Les éléments décoratifs horizontaux peuvent souligner les deux étages (bandeaux) ou bien le soubassement. Les travées ne sont pas marquées verticalement.

 
Angle